Lanvollonimmobilier.com » Astuces immo » Locataire ou propriétaire : qui paie une fuite d’eau

Locataire ou propriétaire : qui paie une fuite d’eau

Locataire ou propriétaire : qui paie une fuite d’eau

4.2/5 - (26 votes)

La fuite d’eau est un problème fréquent.

Il peut être causé par une canalisation défectueuse, un tuyau percé ou encore un joint mal serré. Dans tous les cas, il faut trouver rapidement la source de la fuite pour éviter que l’eau ne s’infiltre dans le logement et ne provoque des dégâts importants. Mais qui paie la facture ? Le locataire ou le propriétaire ?

Les dégâts d’une fuite d’eau

Une fuite d’eau peut avoir de graves conséquences. Elle peut causer des dégâts à votre bien et au niveau de vos proches. Une fuite d’eau peut également être la cause de gros dégâts matériels. Si vous avez constaté une fuite, il est important d’agir rapidement.

Il faut savoir que lorsque les premiers signes de fuite ne sont pas traités rapidement, cela peut provoquer des dégâts encore plus importants sur votre logement et sur les personnes qui y habitent. Pour éviter toute situation catastrophique, il est conseillé de faire appel à un plombier professionnel pour localiser la source du problème et le réparer le plus rapidement possible.

Il est important que la source du problème soit bien identifiée afin qu’il puisse intervenir rapidement et remettre en état correctement votre installation, sans causer davantage de dégâts ni perdre un temps précieux.

La responsabilité du locataire ou du propriétaire

Le propriétaire et le locataire sont tous les deux tenus de respecter certaines obligations légales.

Le bailleur est tenu d’assurer au locataire un logement décent, à savoir que ce dernier doit bénéficier d’un minimum de confort (chauffage, eau courante, électricité. ). Quant au locataire, il doit payer le loyer et respecter le préavis. Dans certains cas, le propriétaire peut être amené à réaliser des travaux ou à effectuer des réparations.

Le locataire n’est pas non plus exempt de certaines obligations envers son propriétaire. En effet, il doit notamment prendre soin du logement durant la location et maintenir celui-ci en bon état.

Il ne doit pas non plus nuire au voisinage par du tapage nocturne ou une activité commerciale illicite dans son appartement ou sa maison. Par ailleurs, pendant la durée du bail, le locataire dispose d’un droit de résiliation annuel pour mettre fin à son contrat de location immobilière.

Les réparations à la charge du locataire

Dans le cadre d’un bail de location, les frais de réparations incombent au locataire. Dans la plupart des cas, ce sont les travaux qui concernent l’entretien courant du logement.

Les réparations incombant au locataire peuvent être de différentes natures. Elles peuvent concerner : La remise en état du logement après un sinistre (incendie, dégât des eaux…).

Le remplacement d’appareils électriques ou sanitaires défectueux.

L’adaptation aux normes techniques et à l’évolution de la législation (réfection des installations électriques par exemple).

Le coût de ces travaux est supporté par le preneur sous forme d’une somme forfaitaire annuelle appelée « provision sur charges ».

Les réparations à la charge du propriétaire

Lorsque l’on achète un bien immobilier, on peut se poser la question de savoir si les réparations incombent au propriétaire ou à l’acquéreur.

Lorsqu’il y a une panne dans un logement, il est évident que cela ne concerne pas le vendeur. Toutefois, la loi prévoit qu’en cas de vice caché (défaut majeur empêchant son usage normal), le vendeur doit remédier à ce problème et supporter les frais occasionnés par les travaux de réparation. Dans le cas contraire, l’acheteur pourra exiger une diminution du prix du bien ou même rompre le contrat de vente.

Il faut toutefois savoir que certaines réparations sont à la charge du locataire. Par exemple, en matière d’assainissement collectif, c’est au propriétaire d’assurer la gestion des canalisations collectives et donc des travaux qui en découlent (réfection des trottoirs…).

Les charges relatives aux consommations individuelles (eau froide/chaude…) sont quant à elles à la charge du locataire.

Les frais liés aux grosses réparations concernant les éléments d’usage communs restent eux aussi à la charge du locataire (murs extérieurs. ).

Les assurances et la fuite d’eau

Les assurances et la fuite d’eau, un sujet qui peut vous couter très cher.

Comment éviter les fuites d’eau ?

Pour éviter les fuites d’eau, il faut savoir qu’il existe différents moyens de stopper ce phénomène.

Il est possible par exemple d’utiliser des adhésifs et du ruban pour sceller toutes les ouvertures présentes sur le mur de la maison. Pour cela, vous pouvez utiliser du ruban en aluminium, du ruban en caoutchouc ou encore du ruban à double face.

Vous pouvez aussi opter pour l’utilisation de mastics spéciaux qui peuvent être adaptés à plusieurs types de matériaux (béton, brique, bois…).

Lorsque vous choisissez un enduit adhésif ou un enduit bitumineux, veillez à bien respecter le temps de séchage avant le montage. Si vous avez besoin d’enduits plus résistants et plus durables que les autres solutions citées précédemment, nous vous conseillons l’utilisation d’un mastic polyuréthane bi-composant à base d’alcool polyvinylique. Ce type de produit convient parfaitement aux surfaces planes et aux surfaces irrégulières. Pour réduire au maximum votre consommation d’eau quotidienne sans risquer une fuite d’eau importante, il est important que vos robinets soient correctement entretenus.

C’est le locataire qui paie la facture d’eau. En effet, c’est lui qui est responsable de l’entretien du logement. Il doit donc payer les réparations des fuites d’eau même si elles proviennent de son voisin ou d’un problème avec la canalisation collective.